Sur la route de l'été et du ROSÉ.....

Publié le par Sophro-dégustation

rose.jpg

 

Enfin les vacances, la voiture chargée, on se prépare à aller sous le soleil pour des vacances bien méritées.

Qui n'a pas pensé à un bon repas sur sa terrasse, au restaurant, ou même sur la plage.

Et qui dit soleil dit ROSÉ.

 

 

Mais qu'est-ce que le vin rosé ?

 

Le rosé est considéré comme le vin de l'été par prédilection, il nous rafraîchit, c'est un vin convivial et surtout facile à boire, moins complexe que le vin blanc ou rouge. Pas besoin d'être un expert pour l'aimer.

Il s'accorde très bien pour les barbecues, les salades, les viandes blanches, les grillades et voir certains desserts comme le melon, les agrumes, les sorbets aux fruits....

Contrairement à ce que certaines personnes peuvent croire le rosé n'est pas fait avec un mélange de vin blanc et de vin rouge (exception faite du Champagne qui est autorisé à le faire).

 

Alors, comment fait-on du vin ROSÉ ?

 

Le rosé est fait à partir de raisin noir uniquement. En effet la couleur du rosé est obtenue grâce à la macération pré-fermentaire entre la pulpe (blanche) et la peau du raisin qui renferme la molécule d'anthocyanes, responsable de la couleur rouge du vin.

 

Cette macération peut varier entre 2 heures et 48 heures. Les vendanges sont généralement faites de nuit pour avoir une bonne fraîcheur des raisins et la température de fermentation oscille entre 14 et 20°C.

 

Il y a deux façon de faire du ROSÉ :

 

Première méthode : "Le ROSÉ de SAIGNÉE"

Une fois les vendanges faites, les raisins noirs sont mis entier en macération durant quelques heures (entre 2 et 48 heures, selon la couleur du vin que l'on souhaite obtenir). Le jus qui va s'écouler va se colorer naturellement grâce au contact avec la peau du raisin. La présence des pépins et parfois de la rafle des raisins (l'ensemble des parties vertes de la grappe) vont ajouter du tanin au jus.

 

Ce premier jus va alors être recueillis de la cuve où il macérait, c'est ce que l'on appelle une "saignée". Les raisins présent dans la cuve vont continuer leur macération pour produire du vin rouge.

 

Cette technique produit des vins rosés plus complexes, souvent plus colorés, mais aussi un peu plus sucrés et donc plus alcoolisés. Elle permet aussi de concentrer le jus des raisins restant en cuve pour produire un vin rouge plus "corsé".

 

Deuxième méthode : "Le ROSE de PRESSURAGE"

Cette technique nécessite l'utilisation de raisins dont les peaux sont très colorées, car contrairement au rosé "de saignée", le rosé de pressurage est obtenu sans macération entre la chair du raisin et sa peau. Après les vendanges, il est directement pressé, le jus se colore pendant ce pressurage, c'est pourquoi ce sont souvent des rosés de couleurs plus claires et comprenant peu de tanin.

Un peu de politique maintenant :

 

En janvier 2009, un projet de modification de la réglementation autour de l'élaboration du rosé avait été discuté par les états de l'Union Européenne. Il s'agissait d'autoriser les producteurs de vin Européens à pouvoir mélanger du vin blanc et du vin rouge afin de faire le rosé. Devant la protestation des vignerons français et particulièrement des producteurs de rosés en Provence pour qui cette loi revenait à "légaliser la contrefaçon", la France a obtenue le retrait de cette proposition.

 

EXTRAIT de cette loi

 

Le rosé a encore de très beaux jours devant lui !!!

Bonnes vacances et surtout bonnes dégustations !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans la dégustation de vin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alsace-vintage.com 17/03/2014 13:40


Bonjour ;) Je suis aussi un bon vivant et j'ai particulièrement les vins blancs. Dans l'ordre des choses, je mettrais en premier les vins blancs moelleux (attention, sans chaptalisation) comme
les Jurançon ou les Monbazillac, avec un foie gras en terrine ou du fromage, c'est juste parfait. En second, j'ai une faiblesse pour le vin sec par sa délicatesse et son acidité comme les
Chardonnay ou les Chablis. Enfin il y a les liquoreux, mais ce n'est pas vraiment ma tasse de thé si je puis dire. J'espère vous avoir fait profiter un peu de ma culture gastronomique ;)